Master Gestion de l'Environnement

Parcours-types
  • Gestion de l'environnement et valorisation des ressources territoriales

Le Master mention « gestion de l’environnement » (GE) a pour objectif de former des professionnel.le.s de l’aménagement du territoire comme de la recherche en sciences de l’environnement ou de la gestion de la biodiversité à partir de savoirs sur le fonctionnement des systèmes naturels et anthropisés dans un contexte de changements globaux.
Le parcours (GSE-VRT) « gestion sociale de l’environnement et valorisation des ressources territoriales » est un parcours généraliste qui propose une formation interdisciplinaire en sciences et techniques et en sciences humaines et sociales sur les grands défis environnementaux contemporains. Il a pour vocation de former des professionnel.le.s capables de concevoir, élaborer et conduire des solutions environnementales adaptées aux territoires.
Ces professionnel.le.s sont en mesure de prendre en considération les dimensions scientifiques, techniques et territoriales (sociale, politique, spatiale, économique etc.) dans une optique de développement soutenable.
Leur approche est pour cela systémique car la résolution des problèmes complexes appelle l'appréhension d’éléments interdépendants.

Competences et savoir-faire

Les professionnel.le.s formé.e.s sont capables de prendre en considération des éléments inscrits dans des domaines couvrant un large spectre entre l’analyse technique proprement dite des impacts environnementaux associés aux opérations de développement territorial et la prise en considération de leurs répercussions socio-économiques et environnementales.

Ils/Elles doivent maîtriser et optimiser l’interdépendance entre les opérations d’aménagement et les territoires qui les accueillent ou les engendrent tout en prenant en considération simultanément les dimensions technique et territoriale afin d’appréhender le fonctionnement, par essence complexe d’éco-socio-systèmes dynamiques.

Savoirs :

  • fondamentaux théoriques en écologie, en agronomie, en géographie de l’environnement, en sociologie, en économie de l’environnement ;
  • défis environnementaux contemporains et concepts clés associés (relations sociétés/environnement ; gestion intégrée, ressources, risques, diagnostics, indicateurs, dynamiques environnementales, changements globaux (changement climatique, pollution ...), anthropisation, anthropocène ;
  • politiques publiques environnementales ;
  • méthodes d’enquêtes sociales – qualitatives, quantitatives ;
  • cartographie-informatique, cartographie participative ;
  • méthodes et techniques de médiation, concertation ….

Savoirs-être :

  • capacité d’écoute, d’observation et de restitution d’une situation (d’enquête comme de travail) ;
  • réflexivité sur sa place, sur celle de son travail en contextes variés ;
  • autonomie et fiabilité dans la réalisation des tâches qui leur incombent ;
  • savoir présenter son travail de manière pédagogique ;
  • savoir représenter un collectif afin de rendre compte de travaux communs ;
  • travailler, animer et manager des équipes.

Savoirs-faire transversaux :

  • mener des études préalables et bilans d’opérations liées à la gestion de l’environnement en lien avec les acteurs des territoires : diagnostics, audits environnementaux et territoriaux, inventaires des ressources et du patrimoine, études d’impact, éco-bilans, identification des risques écologiques et des problèmes posés par les activités ou projets pour la société locale ;
  • gestion des projets en lien avec la gestion de l’environnement et avec les acteurs des territoires : accompagnement de montages de cahiers des charges, montages financiers, aspects juridiques, négociation de partenariats, définition et planification des tâches, coordination et animation des projets... ;
  • participer `a l’élaboration des politiques d’entreprise et de collectivités prenant en compte les ressources et risques environnementaux, l’impact sur le milieu social et des politiques territoriales aux différentes échelles : plans de gestion environnementaux et paysagers, documents d’urbanisme, chartes environnementales, conseil en matière de mesures agri-environnementales, plans climats, transition énergétique et écologique ;
  • réalisation d’études prospectives en lien avec les acteurs des territoires : approche systémique, diagnostics territoriaux/environnementaux problématisés, élaboration de scenarios prospectifs ;
  • être en mesure de conduire une étude complète depuis la réalisation d’un cahier des charges jusqu’à la présentation des résultats en contexte de stage ou en contexte de réalisation d’un travail de recherche scientifiques. 

Organisation du diplôme

A noter que la première année du Master mention GE est partiellement mutualisée avec le Master de la mention Villes et Environnements Urbains (VEU) pour les cours relatifs aux politiques publiques, aux langues et à la cartographie-informatique.

Les deux années de la formation sont organisées en 3 principaux blocs de compétences qui s’articulent au sein de différentes unités d’enseignement :

  • Un premier bloc de compétences porte sur des éléments de culture générale et théorique dans le domaine de l’environnement et de la valorisation des ressources territoriales (revue des littératures scientifiques, connaissance des grandes approches disciplinaires – économie, sociologie, écologie, géographie – des questions environnementales : gestion des « ressources » et des « risques » environnementaux liés aux interactions de dynamiques environnementales locales et globales.
  • Un deuxième bloc de compétences portes sur les techniques et méthodologies mobilisées dans le domaine de l’ingénierie en gestion sociale de l’environnement (diagnostics territoriaux/environnementaux, gestion de projet, communication, cartographie, cartographie participative, enquêtes, médiation artistique/culturelle, concertation, forums hybrides).
  • Un troisième bloc de compétences repose sur des pédagogies participatives reposant sur la mise en pratique des compétences des blocs 1 (culture générale et théorique) et 2 (outils et méthodologies). Il consiste dans un premier temps dans la réalisation d’ateliers collectifs répondant à des commandes de professionnel.le.s (collectivités territoriales, entreprises, laboratoires de recherche, associations …). Dans un deuxième temps, les étudiants participent en groupe à l’organisation d’évènements à l’interface sciences-sociétés en lien avec des problématiques environnementales (ciné-débat, café-citoyens, expositions photos etc., ) en partenariat avec des professionnel.le.s ou associatifs. Dans un troisième temps (avril à août), les étudiants se consacrent individuellement à leur stage ou mémoire de recherche dans le domaine de compétences spécifiques dans ils souhaitent exercer suite à la formation.

Partenariats

Ce Master repose sur des partenariats entre plusieurs établissements de l’université de Toulouse (ENSFEA, UT3, INUC, UT2). Le Master est particulièrement lié au monde professionnel, tant par les pratiques pédagogiques (sorties sur le terrain, études de cas réels, travail en ateliers, stage professionnel) que par son équipe enseignante (composée d’intervenants professionnel.le.s, de chercheurs et d’enseignants-chercheurs).

Les contacts des promotions antérieures facilitent la recherche de stage des étudiants. Le cumul des expériences et contacts au cours de la formation (ateliers, études de cas, ciné-débat, stages) favorise leur intégration en milieu professionnel.

International

Le Master, qui existe sous un autre format depuis vingt ans, affiche une volonté d’ouverture à l’international et encourage la réalisation de stages à l’étranger (Chili, Mexique, Afrique, Canada). Deux conventions cadres existent avec des organismes d’enseignement et de recherche au Mexique : le COLPOS de Puebla, pour le versant sciences agronomiques, problématiques agricoles et alimentaires et l’INECOL de Xalapa pour le version écologie, problématiques écologiques, biodiversité, dynamiques climatiques. De manière générale, l’ouverture à l’international, repose sur des partenariats d’échanges scientifiques et pédagogiques avec des Universités étrangères.

Articulation avec la recherche

La formation est en partie assurée par des enseignant.e.s-chercheur.e.s et des chercheur.e.s de différents laboratoires de l’Université fédérale de Toulouse (UMR CNRS, GEODE, LISST, LEREPS) dont les enseignements rendent compte des travaux qu’ils conduisent. Certains ateliers reposent sur des commandes spécifiques liées à des programmes de recherche menés soit au sein du groupe pluridisciplinaire  « Politiques Publiques Environnement et Société » soit au sein des laboratoires de rattachement toulousains de l’équipe pédagogique.

Conditions d accès :

Capacité d'accueil (2021-2022) : 25

Les candidatures sont ouvertes aux étudiants diplômés des licences suivantes :

Environnement. Sciences environnementales. Environnements naturels et faune et flore. Développement durable. Écologie. Écologie scientifique. Ingénierie environnementale. Sciences de la Terre. Prévention des risques environnementaux. Conseil communication en environnement. Protection des espaces naturels. Sociologie. Géographie-aménagement. Sciences-politiques. Histoire des sciences. droit. Administration économique et sociale. Architecture. Urbanisme. Humanité. Sciences de l’homme. Anthropologie. Ethnologie.

Les candidatures des étudiant.e.s issus d'autres mentions de Licence, ou ayant obtenu un diplôme à l'étranger, ou justifiant d'un parcours et/ou de compétences pertinents pourront être étudiées sous réserve que le projet professionnel du candidat soit en adéquation avec la formation proposée.

 

Publics visés :

Etudiant.e.s et professionnel.le.s en reconversion.

Candidature / inscription :

Modalités de recrutement : déposer un dossier de candidature comprenant CV, lettre de motivation incluant le projet professionnel, résultats universitaires détaillés, expériences professionnelles et éventuellement entretien en présentiel ou à distance.

Informations complémentaires et retrait du dossier de candidature :

Formation continue :

L’accès à cette formation est également possible si vous êtes en activité professionnelle, en recherche d’emploi ou si vous avez interrompu vos études initiales depuis plus d’un an. Vous relevez alors du statut de stagiaire de la formation continue pour vos études.
Vous pouvez aussi accéder à cette formation par les différents dispositifs de validation des acquis (VAE, VES, etc).
Pour toutes ces situations, il convient de contacter le Service de Formation Continue.

Fichier du programme
Programme92.49 Ko

Secteurs d activités et types d emplois

Les personnes diplômées exercent au sein de collectivités territoriales, de bureaux d'étude, d'administration, d'établissement public ou para-public, d’associations de développement ou dans le secteur de l’entreprise privée.

Elles peuvent prétendre à des postes de niveau cadre : cheffe de projet, chargée de mission ou d’étude, d’experte, de consultante, de chercheuse, d’enseignante, de responsable d’exploitation etc.

Poursuite d études

Possibilité de poursuite d'études vers des activités de recherche (poursuite en thèse). Candidature à des CDU via les laboratoires de rattachement des enseignants-chercheurs de l'équipe ou via des contrats professionnel.le.s de type CIFRE.

  • Une formation qui dispose de vingt années d'expérience.
  • Une équipe pédagogique interdisciplinaire où professionnel.le.s et enseignants-chercheurs partagent et mutualisent leurs compétences. Une promotion interdisciplinaire où étudiants de STS et de SHS partagent et mutualisent leurs compétences.
  • Le souci du devenir des étudiants grâce au réseau d'anciens étudiants et aux professionnel.le.s.
  • Des ateliers opérationnels à différentes échelles du quartier, à la ville et aux territoires de la planification comme les bassins-versants. Un lien très fort avec la recherche dans les études de cas conduites avec les chercheurs de l’équipe pédagogique.
  • Exemple de rapports d’ateliers formateurs réalisés sous la direction des responsables de la formation et de membres de l’équipe pédagogique:
    • « Approche globale d’un quartier situé en zone inondable pour la Ville de Gaillac ». Atelier du Master 2 Gestion de l’environnement et valorisation des ressources territoriales, promotion 2020/2021, INU Champollion (Ville de Gaillac). Atelier adossé à des ateliers de dessins et de cartographie participative en école.
    • « Méthodologie de l’enquête filmique appliquée au cas des familles de mineurs face à la pollution ». Rapport d’atelier du Master 2 Gestion de l’environnement et valorisation des ressources territoriales, promotion 2020/2021, INU Champollion (Laboratoire GEODE, programme MINOR). Entretiens filmés en vue de réaliser un film documentaire sur la vie de mineur en lien avec la question de la pollution.
    • « Etude quantitative : Notoriété et d’image du Parc naturel régional du Haut-Languedoc ». Rapport d’atelier du Master 2 Gestion de l’environnement et valorisation des ressources territoriales, promotion 2018/2019, INU Champollion (commanditaire : PNRHL).
    • « L’écoquartier déborde ». Étude qualitative sur la gestion des déchets dans l’écoquartier de Graulhet. Rapport d’atelier du Master 2 Gestion de l’environnement et valorisation des ressources territoriales, promotion 2018/2019, INU Champollion (commanditaire : Ville de Graulhet). Rapport associé à l’organisation d’un atelier de cartographie participative.
    • « Rabastens en transition, un diagnostic territorial ». Rapport d’atelier du Master 2 Gestion de l’environnement et valorisation des ressources territoriales, promotion 2017/2018, INU Champollion (commanditaire : Association Rabastens en transition). Rapport associé à une présentation aux habitants au sein du tiers lieu « la fourmilière » de Couffouleux.
    • « Valorisation de la Vère comme ressources territoriales autour de la base de loisir Vère-Grésigne », Rapport d’atelier du Master 2 Gestion de l’environnement et valorisation des ressources territoriales, promotion 2017/2018, INU Champollion (commanditaire : SMRCV). Rapport associé à la mise en œuvre d’un atelier de cartographie participative avec les habitants de la vallée de la Vère.
    • « Représentations du changement climatique et de son impact sur la forêt », Rapport d’atelier du Master 2 Gestion de l’environnement et valorisation des ressources territoriales, promotion 2016/2017, INU Champollion (commanditaire : PNRHL).
  • Une ouverture possible à l'international grâce à un réseau de partenaires en Afrique, Europe, Amérique du nord et du sud.
  • Des débouchés variés au plus près des préoccupations et des aspirations des étudiant.e.s formé.e.s pour devenir des professionnel.le.s autonomes, émancipé.e.s et épanoui.e.s.

Responsable(s) pédagogique(s) :

Frédérique BLOT
Laboratoire GEODE, UMR CNRS 5602
INU Champollion
Place de Verdun 81012 Albi Cedex 9
Tél : 05 63 48 19 56

frederique.blot@univ-jfc.fr

Stéphane AULAGNIER
Laboratoire CEFS, UPR 35
INRA - BP 52626
31 326 Castanet Tolosan cedex
Tél. : 05 61 28 51 33; Fax : 05 61 28 55 00

stephane.aulagnier@toulouse.inra.fr

Formation continue :